Grèves: la Comédie-Française ne jouera pas ce vendredi 20 décembre

Plusieurs représentations de la Comédie-Française ont été annulées depuis le 5 décembre car une partie du personnel de l'institution est en grève. © Patricia Moribe

Les équipes techniques de la Comédie-Française, électro, éclairagistes, machinistes-cintriers, accessoiristes, tapissiers, sont en grève depuis le 5 décembre. Malgré leur statut spécifique, ils sont solidaires des salariés du régime général et défendent la particularité de leur caisse de retraite.

“On démonte et on remonte des décors deux fois par jour. Faire travailler des machinistes jusqu’à 64 ans ça va être très compliqué.”, explique Roland Magdelaine, cintrier et membre du syndicat Union nationale des syndicats autonomes (UNSA). Avec 430 permanents, la Comédie-Française, dit “le Français”, dispose d’une caisse de retraite gérée directement par le service des ressources humaines. La réforme des retraites en cours affectera les salariés du théâtre. Mais pas tous.

Roland Magdelaine est cintrier-machiniste à la Comédie-Française. Il assure l'accrochage et le levage des charges au-dessus des plateaux. © Patricia Moribe
Roland Magdelaine est cintrier-machiniste à la Comédie-Française. Il assure l’accrochage et le levage des charges au-dessus des plateaux. © Patricia Moribe

Les services administratifs et les comédiens ne se joignent pas au mouvement de grève des équipes techniques de la Comédie-Française. Lors de la réception de Noël organisée au théâtre, Eric Ruf, l’administrateur, a pointé le risque financier. Il met en avant les 180 000 euros de pertes subies depuis le début de la grève, dûs à l’annulation de certaines représentations, notamment Les Fourberies de Scapin. Il soulève aussi le manque à gagner pour les comédiens. Ceux-ci ont une part variable de leur salaire, le “feu”, qu’ils ne touchent que lorsqu’ils entrent en scène.

“C’est une vitrine de la culture en France”

“J’ai choisi le théâtre tout jeune. J’ai frappé à la porte de la Comédie. Au départ, on est intermittent, testé, on charge et on décharge au cul du camion, puis, éventuellement, on est intégré au plateau.” raconte Christophe Riault, 52 ans, cintrier-machiniste et motoriste au Français depuis trente-trois ans.

“Les métiers du spectacle ont leur spécificité. Les corps de métier sont multiples. Il y a la technique, comme nous, et ceux du tissu comme les modistes ou les habilleuses. Ce sont les fleurons de la maison, elle-même vitrine de la culture en France. On ne peut pas perdre tout ça.” Lundi prochain, en assemblée générale, Roland Magdelaine, mettra de côté ses revendications pour que “ça joue” entre Noël et le jour de l’An, car “notre public a besoin de se détendre en ce moment”.

Maud Martin

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*