Blocages pacifiques mais concrets d’un dépôt Amazon et du marché de Rungis

Rungis, le 17 décembre 2019, Pavillon de la Marée. © Marion Esquerré

Dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 décembre, les opposants à la réforme des retraites ont frappé fort en bloquant simultanément et un dépôt Amazon, et le MIN de Rungis.

 

Situé à la frontière d’Aulnay-sous-Bois et du Blanc-Mesnil (93), la plate-forme du géant américain du commerce en ligne a été bloquée de 22h30 à 1h par une cinquantaine de syndicalistes, rejoints par vingt-cinq salariés du site, qui ont débrayé pendant trois heures pour protester contre leurs conditions de travail. “L’objectif était de soutenir les salariés d’Amazon, et de dénoncer sa politique d’optimisation fiscale qui nuit aux finances publiques du pays, en intervenant pendant le rush de Noël.”, explique Mohamed Aissani, syndicaliste CGT des territoriaux de Bobigny.

Au même moment, environ cinq cents manifestants convergeaient vers le marché de Rungis, bloquant l’entrée principale de minuit à 3h30 du matin. “Nous avons des propositions très concrètes sur les retraites: la mise en place de l’égalité salariale hommes-femmes apporterait six milliards d’euros de cotisations supplémentaires, sans compter une augmentation globale des salaires et une taxation accentuée des revenus financiers.” explique Fabienne Lefebvre, conseillère municipale (PCF) de Vitry-sur-Seine. “Avec cette réforme, le gouvernement n’est pas seulement sur un changement de paradigme, c’est un changement de civilisation dont l’objectif est de permettre une accumulation de capital sans limite”. dénonce l’élue.

Les deux blocages se sont déroulés sans violence, et une fois leur objectif atteint, les manifestants ont quitté les lieux.

Jules Rondeau

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*