Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Gilets jaunes aux fourneaux, la solidarité sur un plateau

Paris, Montreuil,l'AERI, 20 décembre 2023, Cantine solidaire des Gilets jaunes de Montreuil, les usagers venus se restaurer à l'AERI, jour de la cantine solidaire geré par les gilets jaunes de Montreuil. Délicia Boudraa

À Montreuil, les gilets jaunes gèrent la cantine solidaire de l’Aeri chaque mercredi. Des déjeuners à prix libre, ouverts à tous et à toutes, qui font vivre les valeurs du mouvement.

Chaque mercredi, dans les locaux de l’Association humanitaire d’entraide et rencontre (Aeri) à Montreuil, des tabliers jaunes s’affairent. Tomates coupées, ail émincé, œufs fouettés… En cuisine et en salle, les mains gesticulent et les langues se délient. De la loi « immigration » au contexte géopolitique, les sujets s’entrechoquent dans une ambiance conviviale. Les mercredis à l’Aeri, ce sont les gilets jaunes qui cuisinent.

« Cantine de lutte »

Les lames de couteau heurtent les planches en bois dans des « tac tac tac » affirmés. Au menu : soupe de tomate, haricots à l’ail, ragoût de pommes de terre et cake à la banane. Dans cette cuisine autogérée, créée au début de 2020, les produits sont récupérés le dimanche à Rungis et cuisinés le mercredi matin pour être servis le midi, à prix libre. Ici, pas de manageur ni de référent. « C’est un lieu de liberté où l’on évite les rapports de force », explique Anne, lunettes sur le nez, souriante, pour qui « faire différemment du reste de la société », très hiérarchique, est important.

« En général, il y a une soixantaine de mangeurs », indique Peter. Ce retraité de l’Éducation nationale tient à le préciser : « Ici ce n’est pas les Restos du cœur, c’est une cantine de lutte », qui finance des caisses de grève. Ce mercredi 20 décembre, ce sera pour les sans-papiers grévistes. Les « mangeurs » sont des habitants du quartier ou des personnes à faibles revenus. Parfois, ils viennent de loin. C’est le cas de Momo. Chaque mercredi, il parcourt la distance entre Neuilly-sur-Marne et Montreuil pour se rendre à la cantine : « J’ai une petite retraite de 600 €, alors, avec l’inflation, c’est devenu compliqué. » Aujourd’hui, il a donné 4 € pour son repas. 

Monique, bénévole de la cantine solidaire, tient la caisse. © Délicia Boudraa

À l’accueil, Monique, réputée pour « dormir avec son gilet jaune », comptabilise les personnes venues se restaurer. Elle est là « depuis la première heure, depuis le premier samedi », premier acte du mouvement des gilets jaunes. À l’instar d’autres membres du groupe, ce sont les revendications pour la justice sociale et fiscale qui lui ont parlé. À 77 ans, l’ancienne prof de maths avait déjà beaucoup manifesté dans sa vie. « Mais là, au moment des gilets jaunes, on a commencé à se faire tabasser sérieusement. » Pas de quoi la dissuader. Si le mouvement n’est aujourd’hui « qu’un souvenir, il repartira sous une autre forme ». Encore faut-il trouver la bonne recette.

Texte : Emmanuelle Milon – Photos : Délicia Boudraa