Gare de la Rapée : bientôt la fin du grand Frigidaire

Les commerçants de la galerie de l'ancienne gare de la Rapée sont priés de quitter les lieux courant 2019.
Crédit photo : Sophie Rodriguez

Les galeries souterraines de l’ancienne gare de la Rapée abritent quelques dizaines d’artisans. Suite au lancement de la ZAC Bercy-Charenton, ils sont aujourd’hui sommés de quitter le site et ses avantages.

Rideaux de la boutique levés, un négociant en vin charge son pick-up avec de petits cartons lourds. Un peu plus loin, deux tailleurs de pierre de l’enseigne Louis Geneste discutent dans l’encadrement d’une porte du XIXe siècle. « Nous avons trouvé des locaux acceptables du côté de la porte d’Italie », indique l’un d’eux. Nichées dans le XIIe arrondissement de Paris, les galeries souterraines de l’ancienne gare de la Rapée abritent aujourd’hui quelques dizaines d’artisans (ferronniers, tailleurs de pierre, grossistes en produits d’épicerie). On y trouve aussi beaucoup de négociants en vins et spiritueux, qui se sont installés ici au cours du siècle dernier pour profiter de la température constante à 14 °C, une condition idéale pour le stockage des vins et des produits frais.

Les commerçants sont priés de quitter les lieux en 2019

Mais ce réfrigérateur géant bicentenaire vit ses derniers mois. À la demande du bailleur, la SNCF, les commerçants sont priés de quitter les lieux en 2019. En cause : la prochaine mise en chantier de la ZAC Bercy-Charenton, un grand projet urbain qui comprendra des espaces verts, de grands ensembles de logements, ainsi que de nouveaux espaces commerciaux et logistiques.

Avec une hygrométrie parfaite et une température constante de 14 °C, les galeries de l’ancienne gare de la Rapée rassemblent des conditions idéales pour la conservation du vin.
Crédit photo : Sophie Rodriguez

Des avantages impossibles à trouver ailleurs dans Paris

Malgré l’opposition des artisans et des défenseurs du patrimoine, le couperet est tombé : une partie des galeries sera évacuée avant de disparaître. Certains ont déjà capitulé, sont partis ou sur le point de le faire, en saisissant les rares opportunités de relogement. D’autres hésitent à accepter la proposition de la ville pour s’installer à la surface. Il faut reconnaître que leurs avantages sont impossibles à trouver ailleurs dans Paris intra-muros. D’abord, parce que ces galeries de la SNCF ont été louées à des prix très attractifs pour compenser la précarité du bail. Ensuite, parce que le site bénéficie de dimensions, qualités sonores et conditions de température exceptionnelles, sans parler des accès de chargement donnant à la fois sur les berges de la Seine et sur les voies rapides, le tout à proximité immédiate du centre-ville.

Yasmina Bennini