Face à l’hôpital Necker, un musicien offre une chambre aux parents d’enfants malades

L'idée d'offrir une chambre lui est venue en regardant Necker de sa fenêtre. © Natalya Saprunova

Kerredine Soltani, auteur-compositeur, soutient les usagers des transports en commun, en leur apportant une solution d’hébergement.

Le couple Soltani propose une chambre pour les parents d’enfants malades ou le personnel soignant. © Natalya Saprunova

“En face, il y a l’hôpital Necker pour enfants malades ; et, juste à ma gauche, j’ai une chambre vide. Alors, avec ma femme, nous avons décidé de la mettre à disposition de gens venant faire soigner leur enfant ou de soignants: nous nous sommes dit que ça allait être leur chambre.” Il y a deux jours que Kerredine Soltani, parolier et compositeur de Tiken Jah Fakoly, a posté une offre sur le réseau social parisien “Wanted Community”, avec la photo d’une fenêtre donnant sur le ciel. Elle se termine par “welcome home”.

 

Louise est suivie à l’hôpital Necker dans le cadre de sa grossesse. © Natalya Saprunova

Louise, la femme de Kerredine, apporte un plateau chargé de tasses à café, en s’excusant d’être encore en pyjama. Elle accouche dans deux semaines à Necker et insiste sur l’accueil chaleureux qui lui y est fait: “Les gens y sont toujours disponibles malgré les difficultés de transport. Alors, c’est normal pour nous de partager.” Pourquoi n’ont-ils pas peur d’accueillir des inconnus chez eux, au moment particulièrement intime de la naissance de leur premier enfant ? Louise répond en souriant: “Je crois que les gens devraient en faire l’expérience, ils auraient moins peur. Et, depuis que nous sommes mariés, j’ai vu ma belle-mère partager ses repas avec les voisins.”

Toutefois, les choses ne sont pas si simples. “Beaucoup de gens bloquent au dernier moment. Nous avons eu des demandes, mais je crois qu’ils craignent de déranger en fait.” Louise et Kerredine continueront de proposer leur chambre, “même si à l’hôpital, il n’y a pas de coordination.” Kerredine renchérit : “J’ai des choses que les autres n’ont pas : un grand appartement et des moyens, et dans ma conscience profonde, je sens que je dois en faire bon usage.”

Brigitte Jamois

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*