Grève du personnel périscolaire: communes et familles s’organisent

Le personnel de cantine en grève perturbe le quotidien dans les écoles. ©Damien Della Signora

Depuis le 5 décembre, la mobilisation des enseignants contre la réforme des retraites est forte. Si les professeurs ne font grève que les jours de manifestation, le fonctionnement quotidien est quand même très perturbé. La raison: la mobilisation des animateurs du périscolaire. Cette situation contraint les villes à s’organiser au jour le jour afin de palier aux absences et de prévenir au mieux les parents.

Le corps enseignant est dans l’obligation d’informer 48 heures à l’avance son intention de faire grève. Les animateurs, eux, sont dans leurs droits de prévenir au dernier moment et sans préavis. Cela provoque des fermetures temporaires de cantines et de garderies. C’est le cas de Bagneux dans les Hauts-de-Seine.

Comme beaucoup de communes, la mobilisation des animateurs du périscolaire est très suivie. Chaque jour, le nombre de grévistes évolue. Les écoles ne sont donc pas impactées de la même manière. Au sein d’un même établissement, la garderie du matin peut être assurée alors que celle du soir peut être annulée.

“Nous effectuons une rotation de garde entre les familles”

Cécile, une maman dont l’enfant est en maternelle, a une solution provisoire: “Nous sommes trois familles qui habitons dans le même immeuble et dont les petits sont dans la même classe. Les jours où la cantine n’est pas assurée, nous effectuons une rotation de garde entre les familles: l’un des parents pose une journée et récupère tous les enfants afin de les faire déjeuner à la maison.

La directrice du service éducation, Gaëlle Béchu, explique comment la mairie s’organise pour essayer de garder un service minimum dans chaque école de la ville: “Le plus compliqué pour nous actuellement est la gestion de la cantine car elle est composée de deux services: les animateurs et le personnel de restauration qui ne font pas grève au même moment. Si les animateurs font grève et non le personnel de cantine, nous sommes quand même dans l’obligation de fermer le service. Dans le cas contraire, nous pouvons demander aux parents de fournir un pique-nique à leurs enfants et les animateurs tiennent leur rôle de garde habituel.

L’obligation de s’organiser au jour le jour reste compliquée pour les parents. Une directrice de maternelle explique qu’il arrive que la situation soit problématique certains soirs: “Mon rôle est d’informer les parents, en complémentarité de la mairie, afin d’être certaine qu’ils soient tous au courant. Pourtant, il peut m’arriver à 16 h 30, d’appeler en urgence des familles qui sont passées à côté de l’information et qui ne sont pas là pour récupérer leurs enfants. La loi voudrait que l’on appelle la brigade des mineurs pour récupérer l’enfant, mais bien entendu nous ne le faisons pas. Nous tenons à nos bouts de choux ! Du coup, nous attendons avec l’enfant.”

Pour tous ces parents, compréhension, organisation et entraide sont bien les maîtres mots en cette période.

Damien DELLA SIGNORA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*