Métro: des intérimaires pour orienter les voyageurs et nettoyer les rames pendant la grève

Des groupes de "gilets verts" informent les usagers sur l'état du trafic. Ici à un embranchement stratégique, le 16 décembre 2019, station Châtelet-Les Halles. © Élodie Lacombe

Confrontée à la saturation de son réseau, la RATP fait appel à de nouveaux employés. Repérables à leurs gilets verts et bleus, ces chargés de propreté et agents d’accueil semblent prendre leur travail à cœur, malgré leur statut précaire.

Ligne 1, montée en rame à Porte de Vincennes. La voix suave annonce par les haut-parleurs : “Un agent RATP Propreté se charge de l’entretien de la rame pour votre confort. N’hésitez pas à lui confier vos détritus”. Alain, 64 ans, intérimaire chez IP propreté, arbore sa tenue noire sous une chasuble bleue à l’effigie de RATP Propreté. Sa lavette microfibre s’affaire sans relâche sur le chrome des barres verticales qui jalonnent les entrées de la rame. “La ligne 1, c’est la vitrine de la RATP !” lâche-t-il fièrement.

Alain est embauché “depuis trois semaines”, pour trois mois, à “2 000 euros et quelques par mois”. Au moment où le réseau est plongé dans la grève, la RATP propose un service de groom d’étage… Visibilité maximale pour ce coup de com sur les lignes automatisées, où convergent les usagers coincés sur le reste du réseau.

Descente de la ligne 1 à la station Châtelet. À l’embranchement des tapis roulants vers les RER, une autre couleur est en poste : le vert ! Parmi ces sept jeunes gens, Kadi, étudiante en BTS management d’origine malienne, et Gérard, étudiant camerounais en Master 2 finance, assurent le service d’agent d’accueil et d’information. Employés au SMIC au jour le jour par Itiremia, ils assurent les relations publiques de la RATP sur le réseau.

“On utilise nos propres applis, pour ceux [d’entre nous] qui ont du réseau : Citymapper, tout ça”, confie Samantha, expliquant qu’ils sont là “pour aider les gens au maximum”. À 16 h 30, la troupe se déploie sur les accès aux quais de la ligne 4. À cette heure-ci, Samantha est en première ligne face aux premières déferlantes de l’heure de pointe. Bon courage !

Thierry Moutou

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*