La Pride à Palerme sera politique.

Lundi 10 septembre 2018, Conférence de presse, Théâtre Massimo, Palerme : les organisateurs annoncent la couleur, la Pride du 22 septembre sera celle de la « DE*GENERation ».

Face au climat actuel et au discours politique du nouveau gouvernement italien, la manifestation sera dédiée à la liberté de choisir d’être différent.e de cette narration, d’être « dégénéré.e » face à la culture de la peur et de l’ennemi qui se diffuse.

La fête de la Pride à Palerme approche et ses intentions sont claires : elle s’assume comme un antidote, celui de la liberté pleine et entière de choisir son identité sexuelle, mais pas seulement.

La manifestation aura une dimension indubitablement politique cette année, d’où le patronage du Forum Antirazzista et des organisations de sauvetage en mer SOS Méditerranée Italia et Pro Activa Open Arms. Le député italien Erasmo Palazzotto, militant lors des éditions précédentes de la Pride palermitaine qui s’est récemment embarqué sur l’Open Arms, rappelle qu’il existe une véritable culture de la différence à Palerme. Face à la montée du sens commun et la diffusion d’un climat dans lequel les différences sont utilisées pour diviser, il s’agit de se mobiliser. La Pride sera celle d’une désobéissance morale contre un gouvernement qui continue de violer le droit international et les droits fondamentaux.

La Pride sera transversale, pour la défense des droits de tous, des droits de la personne humaine, et des libertés qui nous sont refusées et déniées.

Palerme est une maison solidaire de toutes les différences dans laquelle la Pride s’est toujours pleinement intégrée. Il s’agira de créer une réflexion collective, un débat politique sur les thèmes de la différence de genre, à l’occasion de spectacles théâtraux, concerts et lectures, organisés par la société civile locale.

Rendez-vous le 22 septembre pour une Pride haute en couleurs.

Doutes et curiosité m’ont poussée vers des études de sciences politiques, dans la volonté de connaître le monde qui m’entoure. Née dans une petite ville de l’ouest de la France, j’ai toujours eu envie de découvrir, de prendre de la hauteur, de voyager. Direction l’Italie, pour la cuisine certes, mais aussi contre les injustices, pour le respect, et pour un monde meilleur. Idéaliste donc, mais aussi mangeuse de beurre demi-sel, dévoreuse de séries (non, c’est pas faux), et mariée aux questions existentielles.

%d blogueurs aiment cette page :