30 000 personnes défilent à Hambourg contre le racisme

Samedi 29 septembre, 30 000 personnes ont défilé dans les rues de Hambourg contre le racisme dans une ambiance festive et joyeuse de carnaval.

Tout avait pourtant mal commencé. Train annulé, bus presque raté … on pensait qu’on arriverait jamais à Hambourg. Une fois sur place, il a fallu se dépêcher pour rattraper la manif. Notre char était déjà parti depuis une bonne demie heure, et Sara devait y tenir un discours.

Par chance il fait beau, et rapidement nous avons remonté le défilé, du quarantième char jusqu’au vingtième, juste le temps d’admirer les décors, de prendre quelques photos, et vite vite vite continuer à marcher pour aller écouter Sara, stressée de parler en public.

Tout le monde est là. Les militants de Corasol, avec qui j’ai organisé un workshop en juin, mettent l’ambiance en passant du zouk. Tout excités ils sautent partout comme des puces. « Ca va ? Ca fait longtemps ! Quel plaisir de te voir ici il faut qu’on cause ! On se voit ce soir à l’after party ! ». On croise des amis, des connaissances. Women in Exile, l’initiative Seebrücke, les collectifs LGBTQI+. « Il faut qu’on file, où est le char numéro 20 ? »

On arrive à destination, juste à temps pour applaudir Sara qui s’empare du micro, et qui d’une voix forte dénonce les agissements des puissances européennes en Mer Méditerrannée, alors que l’Aquarius a perdu son pavillon la semaine dernière. Autour de nous, des jeunes, des moins jeunes, des parents avec des enfants, défilent ou restent plus sagement sur le trottoir, pour voir passer le convoi.

On arrive au bord de l’Elbe. Au loin, on aperçoit les cargos. Aujourd’hui, Hambourg est un port sûr. C’était ici même que la manifestation anti G20 avait été durement réprimée l’année passée par la police, mais aujourd’hui les uniformes se font rares. Les chars se garent sur le côté du quai, mais les discours continuent, la musique aussi. Les clubs berlinois ont aussi leur camion, et mixent de la techno, pour faire taire les droites au bruit des basses. Hambourg est colorée, Hambourg est solidaire. Si les droites gagnent du terrain en Allemagne comme un peu partout en Europe, la société civile a montré en cette fin de semaine automnale qu’elle aussi peut se mobiliser pour montre que Wir sind mehr – nous sommes plus nombreux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aude a 24 ans et elle vient de Paris où elle a fait un master de relations internationales. Elle part à Berlin avec Migreurop pour travailler sur l’évolution de la politique migratoire en Allemagne avec Borderline Europe.

%d blogueurs aiment cette page :