Paris 20e : la solidarité s’invite dans les rayons d’un supermarché autogéré

Ouessale El Assimi, 31 ans, travaille depuis trois ans à la création d’un supermarché coopératif et solidaire : La Source. Sa singularité ? Les clients en détiennent tous des parts et participent activement à la gestion du lieu. Permanence, approvisionnement, nettoyage, comptabilité : leur collaboration est au cœur du projet.

C’est avec l’association Un peu avant la source, qui compte aujourd’hui 200 adhérents, que se concrétise ce projet original. Dans La p’tite boutique, au sein des locaux de la MJC des Hauts de Belleville (43/45 rue du Borrégo, Paris 20e), l’association a lancé en octobre 2020 une version miniature du supermarché. Sur une surface de 43m2, on trouve 250 références de produits, provenant d’une petite quinzaine d’artisans et grossistes. Ouessale explique : « On favorise les producteurs qui jouent le jeu de la transparence, les produits locaux et de saison. Vendre des pommes bio sous blister en provenance du Honduras n’a aucun sens pour nous. »

Ouessale El Assimi, l’initiatrice du projet.

Le parcours de la jeune entrepreneuse – de l’élevage à la récupération d’invendus alimentaires – a nourri sa volonté de créer une chaîne de production raisonnée, du champ à l’assiette. « Il y a une part identitaire et irrationnelle dans nos choix de consommation. Un des buts avec La Source, c’est de fournir un éclairage sur les choix que nous faisons en termes d’alimentation. »

Selon Ouessale, la nourriture est le meilleur intermédiaire pour partager des moments de solidarité. Une des missions centrales du projet est notamment l’inclusion des personnes en situation d’exclusion. « Personne ne devrait pouvoir se dire que ce lieu n’est pas fait pour lui », ajoute-t-elle.

Pense-bêtes disséminés ça et là pour les adhérents de La Source.

Un des premiers leviers d’inclusion, c’est le prix, insiste Ouessale : « Alors que chez Naturalia les marges avoisinent 45%, elles ne représentent que 20% du chiffre d’affaire de La Source ». Mais surtout, le projet ne se limite pas à un simple lieu de consommation. Une cuisine associative y est prévue où chacun sera libre de préparer ses repas. « Une cuisine, c’est un endroit de transmission. Pour nous, il est essentiel de penser un lieu de vie non marchand dans la construction de notre projet, où se tisseront les liens sociaux. »

La Source espère s’installer au sein du Wiki Village Factory – Saint Blaise dans le 20e, qui verra le jour en 2023. Le lieu regroupera commerces, restaurants, espaces de travail, et une terrasse dédiée à l’agriculture urbaine.

Adelaïde de Valence (texte)

Arthur Mercier (photos)