Aubervilliers et Romainville : les habitants boudent les nouveaux centres commerciaux

Dans le cadre du Grand Paris, deux vastes centres commerciaux ont été inaugurés en Seine-Saint-Denis, le Millénaire en 2011 à Aubervilliers puis le Paddock en 2019 à Romainville. Mais plusieurs commerçants sont déjà au bord du dépôt de bilan faute de clientèle.

Le centre commercial Millénaire, situé rue Madeleine-Vionnet à Aubervilliers, juste à la sortie du périphérique parisien, scintille de mille feux. Mais les acheteurs sont peu nombreux à pousser les portes des boutiques. Pourtant, l’offre est importante, avec les 140 magasins (mode, alimentation, loisirs…) et les restaurants répartis sur 56 000 m2. Il a été conçu par ses promoteurs comme « une expérience unique de shopping au bord de l’eau » mais ne semble pas enchanter les clients, qui manquent cruellement à l’appel. Les enseignes réputées telles Lacoste ou Isaac se maintiennent alors que d’autres envisagent déjà de mettre la clé sous la porte. « Je ne vais pas pouvoir tenir longtemps, s’inquiète Margaux 37 ans, responsable de magasin de prêt-à-porter. « Je suis en déficit et cela commence à me coûter cher !»

Passerelle menant au centre commercial Le Millénaire

Voies piétonnes désertes

À quelques kilomètres de là, rue Gaston-Roussel à Romainville, se trouve Paddock, un ensemble de magasins d’usines à prix dégriffés d’une surface totale de 17 000 m2. On dirait un village dans la ville. Son entrée en forme d’arche s’adosse à une tourelle couverte de tuiles ocre. Une longue allée goudronnée mène aux commerces. Pourtant, ce mardi 15 décembre à l’heure de la pause déjeuner, les voies piétonnes sont désertes, et les boutiques, les restaurants et l’hôtel Ibis Style Paris Romainville de 120 chambres sont quasi vides. Serait-ce dû à la crise sanitaire du Covid-19 ? Pas uniquement. « Le centre était déjà très peu fréquenté bien avant le Covid », souligne Alice, directrice régionale de Kilo Shop, un magasin de vêtements et accessoires d’occasion vendus au poids, avec des prix variant selon la couleur de leurs pastilles.

Paddock, les voies piétonnes désertes

Tous les facteurs étaient pourtant réunis pour favoriser la fréquentation. Les deux centres sont accessibles par métro ou à vélo. Une liaison est assurée entre le parc de La Villette, Paris 19e, et le Millénaire par une navette fluviale gratuite sur le canal Saint-Denis. Néanmoins, c’est un échec pour les promoteurs Icade et Klépierre (Millénaire) et Fiminco (Paddock). En témoigne cette cliente : « Les centres peinent parce que les propriétaires ont vu trop grand et trop vite ! Ils auraient dû miser d’abord sur la clientèle de proximité au lieu de s’emballer ! »

 

Fanta Kébé (texte)

Karine Pénon le Ouay (photos)