Micro-trottoir : Allez-vous respecter le couvre-feu le soir du Nouvel An ?

Aujourd’hui, c’est la fin du confinement en France mais les restrictions restent à l’ordre du jour. À partir de ce soir, un couvre-feu est instauré de 20 h à 6 h du matin. Le 24 décembre sera le seul soir où la consigne sera levée. Le réveillon du Nouvel An se passera quant à lui sous couvre-feu. Les Parisiens ont-ils prévu de respecter les consignes ?

Marie-Christine, 65 ans, retraitée :

«­ Oui, bien sûr ! Cette année, c’est coucouche panier. Depuis le début, je respecte vraiment les règles imposées par le gouvernement. Ça ne me dérange pas ce couvre-feu car je n’ai rien prévu pour le 31 décembre. Du coup, pas de déception. Il n’y a pas besoin d’avoir bac+6 pour savoir que ça allait se passer comme ça. Je pense que ces restrictions vont permettre aux gens de mieux savourer les bons moments. »

 

François, 74 ans, géographe-urbaniste :

« Non, je ne pense pas me plier aux restrictions françaises. J’ai l’habitude de partir en voyage pour le 31 décembre. Dans l’idéal, je voudrais aller voir ma famille en Italie mais je ne sais pas ce qu’il en sera du couvre-feu. Ou alors, pourquoi ne pas passer le réveillon en Arabie Saoudite à Riyad ? C’est là que je travaille en ce moment. »

 

Justine, 27 ans, en recherche d’emploi :

« Oui, je vais respecter le couvre-feu mais la fête ne s’arrêtera certainement pas à 20h ! Je resterai tout le réveillon chez un ami. Je pense qu’on sera cinq ou six personnes. De toute façon, les autorités savent très bien que personne ne va respecter les consignes. Du coup, je ne vois pas trop l’intérêt d’avoir mis en place cette mesure. »

 

Nina, 19 ans, lycéenne :

« Non, c’est mort, ils sont fous au gouvernement ! Comme chaque année, j’irai à une soirée chez une de mes meilleures amies. On sera sept. Je pense tout de même qu’imposer un couvre-feu le soir du réveillon est une bonne chose. Pour nous les jeunes, ça canalise et on n’ira qu’à une seule soirée au lieu de deux ou trois en temps normal. »

 

Franck, 51 ans, directeur marketing :

« Oui, c’est pour de bonnes raisons. Le couvre-feu, je ne pense pas que ce soit trop gênant. C’est une fois dans la vie j’espère… De toute façon, on n’a pas forcément besoin d’être le soir du réveillon pour faire la fête. Je ne sais pas encore ce que je vais faire mais c’est improbable que je reste seul chez moi. Soit j’irai chez des amis et je resterai dormir, soit je les inviterai chez moi. »

 

 

Lauriane Roger-Li (texte)

Moulaye Diarra (photos)