Manifestation contre la loi «sécurité globale» : 3000 policiers pour 5000 manifestants à Paris

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Social

Un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé dans la capitale pour encadrer la manifestation du samedi 12 janvier. On comptait plus d’un policier pour deux manifestants, 35 unités de forces mobiles et 200 policiers de la brigade de répression des actions violentes.

Une manifestante brandit une pancarte qui dénonce la violence des policiers subie par les manifestants. On peut y lire les mots « haine » et « honte ». Sur l’affiche de droite, on y reconnaît (de gauche à droite) les visages du président de la République Emmanuel Macron et de Didier Lallement, le préfet de police de Paris.
Interpellations par les forces de l’ordre d’une dizaine de manifestants. Sur les 142 personnes arrêtées, 123 ont été placées en garde à vue.
Des partisans du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), parti d’extrême-gauche fondé par Olivier Besancenot, sont venus en nombre pour soutenir le mouvement de contestation de l’article 24.
En fin de journée, de nombreux fourgons de police se dirigent vers République, lieu du rassemblement de la manifestation. Ils ferment la marche des manifestants.

Camille Schuster (texte)

Canela Laude (photos)