Les rebelles du climat

[et_pb_section fb_built= »1″ inner_shadow= »on » fullwidth= »on » _builder_version= »4.3.2″][et_pb_fullwidth_header title= »Les rebelles du climat » _builder_version= »4.3.2″ title_text_align= »center » title_font_size= »68px » title_line_height= »9.5em » background_image= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/DSC_3141-1.jpg » parallax= »on » custom_padding= »||608px||| » title_text_shadow_style= »preset5″][/et_pb_fullwidth_header][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″ custom_padding= »||0px||| »]

Une dizaine de camions de CRS arrivent sur les lieux sans intervenir. Des membres d’Extinction Rebellion sont entrés par effraction ce lundi 17 février 2020 à 6 heures en bloquant le site Lafarge avec une action « Fin de chantiers ». Habituée à la désobéissance civile et aux actions choc, l’organisation anglo-saxonne se développe rapidement sur le territoire français pour lutter contre la catastrophe écologique.

Les activistes, vêtus de combinaisons blanches ajustées aux couleurs de l’action, ont occupé cinq entrées. Puis, armés de peinture bleue, jaune, rose barbe à papa, les « artivistes » ont tagué les camions à coups de : « Étouffe la mer », « Le béton est armé », « Laisse le sable à la mer »… Les bloqueurs se sont enchaînés en armlocks – outil bloquant les bras et empéchant leur évacuation –, tandis que les grimpeurs, équipés, se chargeaient d’accrocher deux immenses banderoles « STOP ! Fin des écocides ! ».

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_row column_structure= »1_2,1_2″ _builder_version= »4.3.2″ hover_enabled= »0″][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-Extinction-Rébellion-17-fev-2.jpg » _builder_version= »4.3.2″ hover_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-Extinction-Rébellion-17-fev-2.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column _builder_version= »4.3.2″ type= »1_2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/DSC_3530.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Le logo de XR est formé d’un cercle symbolisant la planète, entourant un sablier. La couleur noire représente le deuil, le vert, le combat écologique. Leurs revendications : la reconnaissance de la gravité de la situation, la réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre, l’arrêt sans délai de la destruction des écosystèmes, ainsi que la création d’une assemblée citoyenne. Des images fortes, comme le cortège de cercueils « Our future », à Londres ont fait le tour du monde. Ces écologistes non violents n’hésitent pas à bloquer l’entrée des bâtiments publics ou la circulation, à entraver tout accès aux sièges des entreprises, ou encore à s’attacher à l’aide de colle ou de armlocks afin d’empêcher la police de les évacuer. Ils sont formés pour résister, leurs rassemblements unissent petits et grands.   

100 000 MILITANTS DANS 70 PAYS 

XR est né au Royaume-Uni sous l’impulsion d’universitaires. Parmi eux, Roger Hallam, chercheur en agriculture. En avril 2018, il organise une première réunion de 15 membres dans un café. Comme le processus biologique de la mitose (dédoublement d’une cellule), ces réunions se multiplient. Le 17 novembre 2018, 6 000 personnes organisent le blocage du trafic des cinq ponts au-dessus de la Tamise. Un an plus tard, l’organisation regroupe 100 000 militants répartis dans 70 pays, dont environ 8 000 en France. XR France est lancé le 24 mars 2019 place de la Bourse à Paris. Depuis avril de la même année, les militants ont bloqué une antenne du ministère de la Transition écologique, les tours Total, EDF et SG, le pont de Sully, puis le centre commercial Italie 2, blocage qui aura duré dix-sept heures. Plus récemment encore, la place du Châtelet et le pont au Change. Avec plus de 73 groupes locaux en France, XR n’entend pas s’arrêter là… 

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Sans-titre-1.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Copie-de-Sans-titre.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Sans-titre.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

À La Cantine de Belleville, à Paris, le lundi 20 janvier 2020 à 18 h 30, a lieu la réunion des nouveaux arrivants. Une trentaine de rebelles attendent d’en savoir plus sur XR. Sevi, 44 ans, rentier de sept biens immobiliers, s’impatiente. XR se fonde sur les travaux d’Erica Chenoweth, professeure en politiques publiques à l’université d’Harvard. Elle est à l’origine d’une étude fondée sur 100 mobilisations entre 1900 et 2006. Le bilan démontre que les manifestations non violentes sont plus efficaces. Il suffirait de mobiliser 3,5 % de la population d’un État pour aboutir à une révolution. Après une présentation des membres de XR, chacun est invité à se trouver un pseudo. Autour de la table, il y a différents profils : des jeunes de 20 à 30 ans, majoritairement étudiants, des militants Youth For Climate. Les outils sont cryptés et les infos filtrées en fonction du degré de confiance : de 1 pour les nouveaux arrivants à 4 pour un coordinateur. « XR est un organe de pression, pas de solution, annonce Dav, le formateur. Les membres n’ont pas de signes distinctifs, d’où le risque d’infiltration ; nous avons souvent les anarchistes et les Renseignements généraux. » Les thématiques se distinguent en sept groupes à choisir selon ses préférences : média, formation, matériel, artivisme, juridique, recherche (données chiffrées) et coordination internationale (deux rassemblements annuels). Tout se déroule à visage découvert. La carte d’identité est obligatoire le jour J. La seule information confidentielle – tenue au secret le plus longtemps possible – concerne le lieu. Pour le prochain blocage, chacun doit réfléchir à la posture souhaitée : bloqueur ou base arrière.

Etre réprimé peut entraîner l’empathie 

Une réunion de formation de désobéissance civile est obligatoire pour tout rebelle : pas de mineurs ni de personnes âgées. Elle se déroule dans une salle de yoga, à Denfert-Rochereau. Les formateurs – Juls, Max et Maya – sont jeunes. La séance démarre par des exercices physiques axés sur la non-violence. « Chacun a sa perception de la violence en fonction de son vécu et de son éducation », dit Maya. Ce ressenti ne peut être modifié, rien ne sert d’argumenter. La non-violence est une posture face au conflit ; l’intention est différente. « La non-violence est ma première motivation », s’exclame Sevi.

« Dans l’opinion publique, il y aura toujours l’opposition : soit vous êtes des Bisounours, soit vous êtes trop violents », explique Juls. La non-violence est, pour XR, une stratégie, non un choix philosophique. « Ne pas oublier qu’être réprimé peut entraîner l’empathie », ajoute-t-il. En base arrière, derrière chaque bloqueur, se trouvent un médiateur, un contact-police, un ange gardien, un street medic, un volontaire média et un artiviste. Nous passons en revue les techniques qui permettent aux bloqueurs de s’accrocher aux autres par les bras et les jambes. Puis nous est expliquée la démarche à suivre en cas d’arrestation et de garde à vue ; nous devons écrire sur nous le numéro de la cellule juridique XR qui informera la famille. « À retenir : pendant l’audition, il conviendra de ne rien déclarer et de refuser la comparution immédiate », martèle Max. « Si, lors d’un blocage, 20 personnes sont interpellées, il faut que quelqu’un puisse informer les autres, d’où l’utilité des mineurs-observateurs », avoue Juls.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Sans-titre.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Sans-titre-1.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Sans-titre.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-1.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Un Die In pour « Dire la vérité »

Dans la matinée du samedi 2 février 2020, sur la place d’Armes, devant le château de Versailles, XR organise un die-in. Les drapeaux et les banderoles « Biodiversité et climat, dites la vérité, l’urgence est là » plantent le décor. Les rebelles distribuent des tracts qui résument la situation climatique actuelle. Parmi la soixantaine de membres présents, il y a aussi de jeunes enfants, accompagnés de leurs parents. Versailles est un choix stratégique ; Macron y tient un discours consacré à l’économie et dans lequel il n’aborde pas l’urgence bioclimatique. Le die-in consiste à s’allonger ensemble par terre et simuler la mort. Cette action symbolise l’appauvrissement de la biodiversité et l’extinction des espèces. Après une courte musique, tous les corps s’effondrent dans un effet domino, de sorte à former le logo du mouvement XR. Un cri, « Extinction ! », suivi d’une réponse, « Rébellion ! », et tous se relèvent. La musique reprend, le cadre festif et les prises de parole commencent.

Une jeune militante, Aquae, explique les exigences de XR : « Les pouvoirs publics et les médias doivent dire la vérité sur l’urgence écologique ! Toutes ces institutions doivent s’engager et prendre des mesures radicales ! » Le changement des comportements individuels est nécessaire selon FredV, mais « ne sera pas suffisant ; le gouvernement doit mener des actions concrètes ». Dans le cadre des élections municipales de mars, XR tente d’interpeller les politiques et espère de réelles mesures dans les programmes des candidats. Fifirob nous précise qu’ils sont radicaux et l’assument : « Il y a une petite prise de conscience du réchauffement climatique, mais c’est loin d’être suffisant. » Vittel, militante de 19 ans, distribue des tracts à des enfants en leur précisant qu’il y a déjà d’autres enfants dans le mouvement. Pour cette étudiante, « il est tout à fait possible de faire de l’écologie radicale non violente en assurant un cadre légal non dangereux ». Lors de die-in, les petits sont placés à des niveaux de risques juridiques faibles et restent sous la responsabilité des représentants légaux.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_2,1_2″ _builder_version= »4.3.2″ hover_enabled= »0″][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-Extinction-Rébellion-1er-fev.-bis2.jpg » _builder_version= »4.3.2″ hover_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-Extinction-Rébellion-1er-fev.-bis2.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column _builder_version= »4.3.2″ type= »1_2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-9.jpg » force_fullwidth= »on » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″ custom_padding= »||0px||| »][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Un blocage pour la piétonisation

Les blocages, quant à eux, sont plus dangereux, car l’exposition aux risques physiques – gaz lacrymogènes, arrestations… – est plus présente. En début d’après-midi, est justement organisé le blocage d’une rue de la place du marché Notre-Dame, dans le centre de Versailles. « Vous emmerdez tout le monde ! » s’écrie une conductrice qui attend de passer depuis plusieurs minutes. Les membres de XR, placés de chaque côté de la rue, ne cèdent pas. Une fois la police sur place, le ton monte encore, mais XR a pour objectif de rester toute l’après-midi. Les militants parlementent. Les référents se consultent pour décider s’ils poursuivent l’action ou non. Les commerçants du marché, comme William Robert, sont furieux. « Vous devriez partir !  Moi je ne bosse plus là. Vous avez tué le marché ! », râle-t-il. Slim nous confie : « C’est les petits commerçants qui trinquent. Moi, j’ai un stand de vêtements, c’est déjà dur comme ça. » Trois membres de XR s’installent à même le sol, sur une couverture. Parmi eux, Prudence, 44 ans, nous présente sa bibliothèque de livres pour enfants : « On a de super livres. On tente de leur expliquer qu’il faut agir pour sauver le monde ! » Tous les activistes crient en chœur : « Des gaz à effet de serre / Du plastique dans nos mers / De cette société-là / On n’en veut pas ! » Chacun est bénévole, « on est payé un peu en lacrymo », ironise Lulu, avant de nous expliquer que cette action est aussi une proposition afin de rendre cette rue piétonnière.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-17-1.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-13.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-16-1.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-14.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie-10.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Présente depuis 7 h 30, Pangolin, 19 ans, nous explique : « Ça va faire neuf heures que je dépense beaucoup d’énergie pour une cause qui me tient à cœur. » « Moi, je me suis levée tôt, mais c’est toujours sympa, et c’était tranquille aujourd’hui », dit Bérénice, 16 ans. Après concertation, à 16 h 45, les activistes quittent les lieux, considérant que l’objectif de l’action a été atteint. Ils repartent entourés de policiers, banderoles déployées, vers le château de Versailles. Le cortège chante en chœur : « Rejoignez-nous, ne nous regardez pas ! 1,2,3 degrés / C’est un crime contre l’humanité ! On est plus chaud que le climat ! ».

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Elodie.-portrait-2.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Adrien, inter-orga Île-de-France, souhaite « défendre la beauté du monde par de belles actions. Ça permet de connecter émotionnellement les gens aux informations. En réunissant des personnes de toutes les générations, on se fait beaucoup de bien.On est très proches et depuis un an je ne me suis jamais fait autant d’amis.» « On est comme une famille », rajoute Sacha, 17 ans.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″ min_height= »1526px »][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/DSC_2838.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/DSC_3604-1.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/DSC_3513.jpg » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_text _builder_version= »4.3.2″]

Une occupation pour une « Fin de chantier » 

Les rebelles arrivent le lundi 17 février sur le site de Lafarge dans le 15e arrondissement, site choisi pour cible, car 39 % des émission mondiales de CO2 proviennent de l’industrie du BTP. Le lieu a été tenu secret jusqu’au dernier moment ; par sécurité, les portables avaient été confisqués et rendus à la dernière minute. Certains grimpeurs, qui ont accroché les banderoles, sont aguerris, par leur métier ou leur passion, les autres sont entraînés en interne. Selon les organisateurs, 400 militants se sont réunis ce jour-là. Parmi eux, une majorité d’étudiants d’une trentaine d’années.

Une immense fresque artistique est réalisée avec la participation de trois enfants de 6 ans à 11 ans, au-dessus du message : « Nous sommes la mauvaise herbe désarmant le béton. » Nous pouvons lire également sur les murs du site « Écologie radicale, mort au Capital ! ». Pour Nestor, 62 ans, « les jeunes sont plus disponibles et craignent moins ce type d’action. Moi, je suis au chômage ». Certains se déplacent de Rennes, Nantes ou Marseille comme Manu, 40 ans, venue exprès pour cette journée. Un employé, considérant qu’il subit une forme d’« invasion », reste moqueur : « Tant qu’il n’y a pas de casse, ce n’est pas dérangeant. Par contre, ces jeunes pseudo-écolos ont tous les téléphones dernier cri. » Du faux sang est déversé sur le sable du site. Une brigade red-rebelles (vêtue de rouge) défile lentement. Avec eux, Crivain, 29 ans, nous explique que les espèces que l’on « écocide » n’ont pas leur mot à dire.

À 13 h 24, les véhicules des CRS quittent le site. Les rebelles de tous âges leur font des signes d’au revoir, puis résonne un tonnerre d’applaudissements des militants.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_2,1_2″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Copie-de-Sans-titre-1.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_image src= »http://medialibre.info/climat/wp-content/uploads/2020/02/Ajouter-un-titre-1.png » _builder_version= »4.3.2″][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.3.2″ custom_margin= »90px||||| » min_height= »166px »][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ _builder_version= »4.3.2″ min_height= »270px »][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_team_member name= »Tiphaine Cramet » position= »Journaliste » _builder_version= »4.3.2″ custom_padding= »||12px||| » hover_enabled= »0″ text_orientation= »center » text_shadow_style= »preset1″][/et_pb_team_member][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_team_member name= »Sanela Nesic » position= »Journaliste » _builder_version= »4.3.2″ min_height= »260px » hover_enabled= »0″ text_orientation= »center » text_shadow_style= »preset1″][/et_pb_team_member][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.3.2″][et_pb_team_member name= »Elodie Lacombe » position= »Photographe » _builder_version= »4.3.2″ hover_enabled= »0″ text_orientation= »center » text_shadow_style= »preset1″][/et_pb_team_member][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]